J’ai rencontré Trinh Xuan Thuan, ce célèbre astrophysicien auteur, lors d’une conférence / entretien. Ses titres inspirés de sa culture bouddhiste (la plénitude du vide, la mélodie secrète, le cosmos et le lotus) sonnent comme des promesses de rapprochement entre la science dure et la spiritualité.

Pourtant, l’auteur ne présente même pas le Big Bang comme une théorie, mais plutôt comme un fait acquis. Toute tentative de le faire aller sur le chemin de la science inspirée, à l’image d’un Nassim Haramein, est veine. Il garde une ligne dure, celle de l’astrophysique classique et son rôle de vulgarisateur désenchanteur.

C’est dommage qu’il n’aille pas au-delà de ce faux semblant, s’aventurer dans les théories des multivers ou univers parallèles, qu’il ne s’intéresse pas aux modèles alternatifs de l’univers, ou aux tachyons ces particules supraluminiques, et se satisfait d’une modélisation de l’univers ancrée définitivement dans l’héritage d’Albert Einstein, et qui ne connait que 5 % de sa masse, en recherchant désespérément cette fameuse matière noire invisible. Cette pauvre vision cosmologique n’a pas évolué d’un iota depuis mon premier livre d’astrophysique il y a presque 40 ans de cela…

Parcours remarquable néanmoins pour ce scientifique vietnamien qui a vécu des années sous les bombes de la guerre du Vietnam. Ne serait-ce que pour son parcours cette personne appelle notre respect.

(Visited 10 times, 1 visits today)